DURIF-BRUCKERT Christine

Titulaire d’un DESS de psychologie Clinique, et d’un certificat de psychologie des communications à l’Université Lyon 2, Christine Durif-Bruckert a soutenu, en 1988, un Doctorat d’Anthropologie Sociale et Sociologie comparée, à l’université René Descartes-Paris V.  Elle a occupé, de 1994 à 2013, un poste de Maître de Conférence en Psychologie sociale, à l’Université Lyon 2 où elle est actuellement  chercheure associée au Groupe de Recherche en  Psychologie Sociale (EA4163), Institut de Psychologie.  Participant à de nombreux réseaux, au niveau international, national et régional, elle y a assuré, ainsi que dans diverses associations, des fonctions de responsabilité scientifique. Elle est l’auteur de deux ouvrages, d’une dizaine de chapitres d’ouvrages, et de plus de 40 articles publiés dans des revues scientifiques.

  1. Durif-Bruckert s’est attachée initialement et fondamentalement à une réflexion sur les savoirs profanes. Tout d’abord les savoirs relatifs au corps et très spécifiquement au corps nourri et aux aliments, mettent en évidence, dans la représentation de l’appareil digestif, les phénomènes d’ingestion/digestion/élimination ainsi que les processus d’incorporation. Ses ouvrages et articles mettent en évidence, à propos du corps nourri, l’articulation étroite existant entre le registre de l’inconscient, étayant les représentations imagées du fonctionnement corporel et la sensibilité aux normes socialement diffusées relatives  à l’entretien du corps et son apparence.

Elle a ensuite abordé les savoirs profanes se rapportant à la santé et à la maladie, somatique ou psychique, ce qui l’a amené à développer des travaux de recherche sur ces 3 niveaux : l’information, la prévention, le recours aux soins dans diverses situations sociales, puis la relation médecin/malade et  les processus de collaboration thérapeutique et de prise de décision partagée,  et enfin l’expérience des malades, et les fonctions  de la narrativité dans l’évolution de la maladie et du  statut de malade.

L’originalité de la contribution de C. Durif-Bruckert tient à l’analyse des représentations et images du corps digestif, soubassement des troubles du comportement alimentaire, essentiellement de l’anorexie  examinés dans leur double relation à  l’inconscient et aux impositions sociales de la modernité.

 (1994). Une fabuleuse machine. Anthropologie du corps et physiologie profane. Paris Métailié. (2008). RéeditionParis : L’oeil Neuf .

(2007). La nourriture et nous. Corps imaginaire et normes sociales. Paris : Armand Colin.

 

Denise JODELET